Les fablabs aux défis du continent Africain « WoeLab » et « Hubcité »

Imaginez si demain si une personne lambda pouvait fabriquer, réaliser donner forme à toutes les idées qui lui passent par la tête dans un espace commun, partager : c’est l’idée du Fablab.

Les Fablabs sont plus d’un millier dans le monde, ils font partie aujourd’hui de notre quotidien, de notre environnement urbain. Beaucoup développés dans les pays du Nord, on assiste aujourd’hui à une effervescence de fablabs partout dans les pays du Nord comme dans les pays du Sud.  

Le fablab a vu le jour par Neil Gerhenfeld, professeur de l’Institut de technologie au Massachussetts Institute of Technology(MIT). Laboratoire de fabrication en français, il se définit comme un laboratoire de fabrication, un lieu ouvert au public mettant des outils divers (machines, ordinateur, un ensemble de logiciels libres ..) à la portée de tout le monde pour la production, de prototyper et l’élaboration de différents objets. Le fablab se distingue par sa richesse à créer du lien social, à la diversité des acteurs qui innovent (étudiants, personnes âgées, artistes, entrepreneurs, retraités…) dans ces espaces mais aussi grâce à la flexibilité de ses horaires d’ouvertures.  

Une initiative « Bottom up ? » , le Fablab est vu comme un lieu d’expérimentation de partage d’innovation sociale dans la mesure où il a un impact sur le territoire dans lequel il est implanté; en effet il participe à la réappropriation de l’espace, des technologies, par les citadins et les utilisateurs en s’adaptant au numérique pour élargir, diversifier les compétences des citoyens. Ces espaces de communs de partage d’échange de transmission des techniques de l’informations et de connaissance forment en toute autre un espace de création collaborative qui permet de créer des objets uniques de la vie courante aussi des objets du futur.

Avec le fablab le mode de transmission du savoir de la connaissance, de la création à la conception ne vient pas du haut mais plus tôt par le bas  » Bottom up », les acteurs sont les citoyens c’est à dire les utilisateurs de cet espace qui deviennent les développer. 

 Le fablab devient ainsi comme le « wiki » (une application web qui permet la création, la modification et l’illustration collaboratives de pages à l’intérieur d’un site web.)  C’est à dire la forme matérielle d’un wiki. En ce sens la conception et les initiatives du fablab vont dans le sens d’un wiki , ou la culture du numérique revalorise l’intelligibilité dont la libre circulation est adaptée au monde réel et dans les objets. 

Le développement d’un fablab dans un pays en voie de développement

L’ouverture ou la création d’un espace comme les fablab explosent partout dans les pays en voies de développement   cette effervescence à donner formes à des idées qui donnent de plus en plus d‘espoir aux jeunes. 

En effet les pays en voies de « développement » ou les pays émergents comme dirait d’autres font face à d’autres défis contrairement aux   pays développés du Nord. L’ouverture ou la création d’un espace comme le Fablab est un réel défis.  

Notamment en Afrique dont plus de la moitié de la population est jeune, une main d’œuvre qui fait face au chômage.  Le FabLab apparaît comme la réponse à la crise, une opportunité pour les jeunes de rêver d’un avenir meilleur, mais aussi une vitrine de l’innovation territoriale dans un pays en voie de développement dont les outils nécessaire  à la fabrication matérielle des idées sont difficiles d’accès à  cause  du manque de financement et de matérielles.

Ainsi l’ouverture d’un espace comme le FabLab met à jour l’ingéniosité de ces jeunes qui font souvent face à la débrouillardise pour concrétiser leurs idées, en répondant aux défis du territoire et répondre aux besoins du quotidiens. 

WoeLab et Hubcité  une innovation territoriale?  

C’est l’idée de Woelab et Hubcité inspiré des fablabs au Togo qui se situe en Afrique de l’ouest avec une population de 7 millions d’habitants en 2017. Ces modèles de Fablab se concentrent sur l’innovation technologique et d’innovation urbaine dans un cadre de développement local.

WoeLab  est un espace dédié au bricolage numérique participatif à partir de  matériaux de seconde main pour en faire les objets du quotidien en adoptant une approche communautaire et environnementale, qui a abouti à  la création d’une imprimante 3D à partir  des déchets électroniques, un mode de production et de consommation beaucoup plus soucieuse de son environnement.  

Ainsi c’est dans cette même perceptive qu’a vu le jour le HubCité en collaboration avec d’autres Fablab. Un espace  qui prend en compte les défis du réchauffement climatique en rapport avec des technologies de pointe au niveau local l’idée est de mettre en relation la population avec les différents acteurs de la ville (artisans, graphistes, sociologues, anthropologues, développeurs, et technophiles) pour les aider à construire leur vile de demain soucieuse de son environnement.  Un modèle d’urbanisme alternatif inclusif qui donne aux citadins le pouvoir de faire, de créer, de penser et de changer la  vie grâce aux nouvelles technologies »lowhight tech » .

Le Hubcité, c’est donc là un espace dédié pour penser au développement des villes africaines durable une innovation propre à la réalité locale du continent autour de la notion du commun et de la conscience collective.

A.C

sources:

(https://fr.wikipedia.org/wiki/Wiki

(LES FABLABS, ÉTUDE DE CAS Le fablab de Cergy-Pontoise à Gennevilliers est-il un lieu d’expérimentation sociale en faveur des jeunes ? Akila Nedjar-Guerre et Anne Gagnebien). 

https://www.lafricainedarchitecture.com/hubciteacute.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s