La publicité numérique dans la ville de Lyon : des enjeux environnementaux au cœur de problématiques citoyennes

L’article L.581-3 du code de l’environnement donne une définition de la publicité très générale : « Constitue une publicité, à l’exclusion des enseignes et des préenseignes, toute inscription, forme ou image, destinée à informer le public ou à attirer son attention ». La publicité peut s’exposer sur des types de dispositifs très variés. Aujourd’hui, ce sont les dispositifs publicitaires lumineux numériques qui sont au cœur des discussions sur la publicité en ville.

La publicité lumineuse numérique est définie comme telle dans le Guide pratique de la réglementation de la publicité extérieure : « La publicité numérique désigne essentiellement les « écrans » numériques, composés de diodes, leds etc. téléviseurs géants qui peuvent présenter des images fixes, des images animées […] (ou une vidéo. La publicité lumineuse numérique, absente nommément des textes règlementaires avant 2012, est une forme particulière de publicité lumineuse. »

La lutte contre la publicité n’est pas récente. Cependant, avec les évolutions qu’ont connu les dispositifs publicitaires en ville, où leur présence est très importante, les protestations ont également évolué. Les groupes anti-publicitaires prolifèrent ainsi dans les différentes villes de France depuis quelques années. Dans la ville de Lyon, un groupe de lutte s’est ainsi formé fin mai 2017 dans le but de « faire diminuer la pression publicitaire dans la Métropole de Lyon ». Il s’agit du Collectif Plein La Vue.

La présence de dispositifs publicitaires lumineux numériques en ville pose de nombreuses problématiques. Tout d’abord, celle d’une forme de pollution visuelle qui envahirait l’espace public. La problématique environnementale est également soulevée par les « antipub » et se retrouve de plus en plus dans leurs discours.

La publicité lumineuse numérique : une pression publicitaire constante

Les panneaux publicitaires numériques font aujourd’hui partie de la vie de la ville. Marcher dans la ville de Lyon s’accompagne désormais du visionnage de publicités en grand nombre. Celles-ci peuvent se présenter sur des panneaux lumineux qui font défiler des images, ou encore, dans certaines stations de métro, sous forme de films publicitaires.

Le Collectif Plein La Vue pose ainsi l’idée de la « liberté de réception » face à la liberté d’expression. Mais le Collectif va tout de même chercher à exprimer cette liberté d’expression des citoyens de la Métropole de Lyon sur le thème de la publicité. En effet, la métropole est actuellement en train de revoir son Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi). Une consultation a ainsi été organisée pour les citoyens de la métropole sur la publicité dans la ville, à laquelle plus de 13 000 personnes ont participé. Les résultats préalables de la consultation montrent un rejet certain de la publicité lumineuse numérique. Ainsi, 97% des répondants donnent un avis négatif quant à l’installation d’écrans publicitaires dans les rues. De plus, deux tiers des personnes ayant répondu à la consultation se sont dit favorables à l’extinction définitive des panneaux lumineux.

L’implication des citoyens de la Métropole dans les questions de publicité dans la ville, se retrouve aujourd’hui de plus en plus au niveau des problématiques climatiques.

Des enjeux environnementaux au cœur des protestations

Aujourd’hui, les enjeux environnementaux qui entourent la question de la publicité sont prégnants. Ces derniers mois, les questions environnementales ont été au cœur de mouvements dans les villes, les Marches pour le Climat. Pendant ces marches, il a été possible d’observer des actions de lutte contre les panneaux publicitaires. Ces actions représentent surtout la pose d’affiche à slogans revendicatifs sur ces panneaux. Par exemple : « Pub partout, Justice climatique nulle part ».

L’attaque contre les panneaux lumineux numériques représentent un symbole fort de lutte contre le changement climatique. En effet, dans des villes frappées par des problèmes de pollution importants, la publicité représente une dépense d’énergie très conséquente. Or, la Métropole de Lyon entend multiplier les écrans lumineux dans la ville. Une question qui a fait scandale à Lyon en Novembre 2018, lorsqu’il a été révélé que cette facture d’électricité incroyable était réglée par la ville et non pas par JCDecaux, qui gère le mobilier urbain. De quoi alimenter les protestations « antipub ».

Outre les problèmes de dépense d’énergie, se pose également la question de la pollution lumineuse. Cette-dernière est renforcée dans les villes par la présence de nombreux panneaux publicitaires lumineux, et aurait des des effets négatifs sur la biodiversité, mais également sur la santé des citoyens. Le Plan Biodiversité développé par le Ministère de la Transition écologique et solidaire prévoit de s’attaquer à ces pollutions, mais l’on constate aujourd’hui dans la ville de Lyon que cette perspective n’est pas suivie.

La liste des partenaires du Collectif Plein La Vue nous montre également que la question des panneaux publicitaires dans les villes rejoint celle du climat, avec par exemple le guide zéro déchet local Tiff in Lyon ou bien l’association Solidarité écologie et citoyenneté dans l’Ouest Lyonnais (SECOL).

La Métropole de Lyon ne semble pas aujourd’hui s’orienter vers une politique de suppression ou au moins maintien du nombre de panneaux publicitaires lumineux dans la ville. Au contraire, ces panneaux vont plutôt se multiplier dans les années à venir, jusqu’à la mise en place d’écrans dans la ville. L’espace public dans la ville serait aujourd’hui pour certain un condensé de pollution visuelle qui ne laisse pas le choix au citoyen de la subir, accompagnée de problématiques environnementales multiples et de plus en plus au cœur des discussions.

D’autant plus que ces panneaux publicitaires ne feraient finalement pas profiter les plus petits commerçants, mais au contraire pourrait leur nuire. Ce ne seraient pas l’installation de panneaux publicitaires toujours plus lumineux, toujours plus technologiques, qui servirait à promouvoir le commerce dans une ville.

Léa AUBERT

Sources :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006834686&cidTexte=LEGITEXT000006074220

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Guide%20pratique%20-%20La%20réglementation%20de%20la%20publicité%20extérieure%20-%20Avril%202014.pdf

http://pleinlavue.org

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/plan-biodiversite#e0

https://www.20minutes.fr/societe/2377315-20181122-lyon-eclairage-panneaux-publicitaires-abribus-jcdecaux-va-enfin-devoir-payer

Source image :  pixabay.com

cc.logo.large-2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s